L’Ukraine est sacrée championne du monde des moins de 20 ans en battant la Corée du Sud 3-1.

Menée 1-0, l’Ukraine a renversé la Corée du Sud (3-1) samedi, notamment grâce à Vladyslav Supriaga, auteur d’un doublé, pour s’offrir la première Coupe du monde des moins de 20 ans de son histoire à Lodz, en Pologne.

Jamais l’Ukraine n’aurait cru être sur le toit du monde. Pourtant, c’est bien elle qui a été sacrée pour la première fois championne du monde des moins de vingt ans à Lodz, en Pologne, après son succès renversant (3-1) contre la Corée du Sud, dans une finale des plus improbables samedi.

Tout avait pourtant mal commencé pour les coéquipiers de Sergueï Buletsa, surpris dès la 5e minute par un penalty consécutif à une faute de main – et validé par le VAR. Le prodige coréen du FC Valence Lee Kiang-In, élu meilleur joueur de la compétition avec deux buts et quatre passes décisives, s’est chargé de le transformer.

Andreï Lounine décisif

Mais les Ukrainiens ont des ressources et l’ont montré ce samedi. Sur un ballon bêtement perdu par ce même Lee Kiang-In, Vladyslav Supriaga a surgi pour tromper du gauche Gwang-Yeon Lee (34e).

Huit minutes après le retour des vestiaires, l’attaquant du Dynamo Kiev (19 ans) s’est même offert un doublé d’une frappe imparable du droit. Ses deux premiers buts de la compétition.

Les Sud-Coréens ont eu beau pousser – en atteste cette superbe claquette main gauche du gardien madrilène Andreï Lounine (70e), meilleur portier du tournoi, ils ont fini par craquer définitivement à la 89e, à la suite d’un raid solitaire de 50 mètres conclu par une frappe croisée du gauche de Tsitaishvili.

L’Ukraine, qui n’avait pas dépassé les huitièmes de finale en trois participations (2001, 2005, 2015), s’offre ainsi la première Coupe du monde de son histoire.

L’Equipe