Karl Heinze Rummenigge a lourdement insisté pour recruter Franck Ribéry en 2007.

Le président du conseil d’administration du Bayern Munich a lourdement insisté pour recruter Franck Ribéry en 2007.

Il a découvert ensuite toute l’étendue de son talent, comme il le confie à « L’Équipe » :

« Il fait partie des meilleurs transferts de l’histoire (du Bayern). »

Malgré un emploi du temps surchargé, Karl-Heinz Rummenigge a accepté de recevoir L’Équipe pour évoquer les douze saisons de Franck Ribéry en Bavière.

Dans son bureau situé dans le sud de Munich à la Säbenerstrasse (siège du Bayern), le président du conseil d’administration du Bayern s’est posé pendant trois quarts d’heure, alors que trente minutes avaient initialement été prévues, avec un enthousiasme non dissimulé autour d’un expresso et d’un verre d’eau gazeuse, pour se remémorer quelques anecdotes, raconter comment il s’y est pris pour que le Français reste si longtemps et expliquer pourquoi son transfert a été l’un des plus importants de l’histoire du club munichois.

« Comment vous est venue l’idée d’enrôler Franck Ribéry en juillet 2007 ? 

Au départ, nous voulions le recruter dès l’été 2006. Wolfgang Dremmler, qui était à ce moment-là le responsable du recrutement, nous avait alertés pour nous dire qu’il avait repéré un international français lors d’un match amical France-Chine qui précédait le début de la Coupe du monde en Allemagne (3-1, le 7 juin 2006).

À son retour, Dremmler nous a dit : «Il faut absolument prendre ce joueur. Il est exceptionnel.» Nous avons ensuite suivi son parcours pendant le Mondial et nous avions déjà tenté de convaincre Robert Louis-Dreyfus(propriétaire de l’OM à l’époque) de nous vendre Franck.

Mais il nous a opposé une fin de non-recevoir, estimant que Ribéry était le meilleur Marseillais et qu’il n’était à l’OM que depuis une saison. Pour le patron de l’OM, il était intransférable. Les mois suivants, nous avons continué à observer ses performances et à garder le contact avec les dirigeants marseillais.

Avec le recul, je dois avouer que ce fut l’un des transferts les plus compliqués à boucler. À plusieurs reprises pendant la saison 2006-2007, nous avons rencontré Pape Diouf (président de l’OM) à Paris, car il ne souhaitait pas que nous soyons vus à Marseille. Nous avions su nous montrer persévérants.

« Nous avions pris en compte le critère de son caractère difficile, mais il ne constituait pas un obstacle »

Ribéry était-il au courant de la cour assidue que vous faisiez à l’OM ? 

Son agent, Alain Migliaccio, était au courant de l’évolution du dossier. Il est venu nous voir plusieurs fois à Munich et à chaque rendez-vous, nous lui avons fait part de notre ferme intention d’enrôler son protégé.

Nous sommes parvenus à un accord de 25 M€ (plus divers bonus qui sont montés jusqu’à 30 M€). Pour son salaire, nous avons aussi consenti à faire des efforts, mais pour Franck, nous étions prêts à mettre la main à la poche…

Source: L’Equipe